Comment dire à nos enfants la barbarie humaine? #JeSuisCharlie

Je quitte aujourd’hui mon habit de pâtissière. Je quitte aujourd’hui mon ton enjoué et gourmand.

Je prends quelques instants pour penser. Penser à nos enfants. Comment leur dire? Que leur dire? Comment leur expliquer l’inexplicable et l’impensable? J’ai longtemps travaillé sur la traumatisme et je rencontre dans mon métier tous les jours cette problématique. Mais je n’avais pas prévu d’expliquer à ma fille de 9 ans l’atteinte à la liberté d’expression, l’attaque de la démocratie, les meurtres de sang froid de gens innocents. Ce n’était pas dans mon programme de maman en ce début 2015.

Hier, journée de deuil national. A l’école, les enseignants ont beaucoup parlé avec les enfants, ont expliqué, ont répondu aux questions.  La minute de silence a été suivie.

Je peux simplement dire ce que j’ai choisi de dire.  Je n’ai pas la prétention de croire que j’ai LA recette, juste quelques outils qui m’ont permis de faire des choix. Il faut que je vous avoue quelque chose de dingue… je n’ai pas la télé! J’ai donc la chance (au vu de la sensibilité de mes gnomes et de leur potentiel anxieux) de ne pas soumettre mes enfants et moi même à la réalité d’images ou de bandes son qui pourraient avoir un impact émotionnel trop important.

Il était tard hier soir et grande brunette ne dormait toujours pas. « J’ai peur des méchants » me dit-elle. J’essaie de l’aider à préciser de quoi a-t-elle peur. S’inquiète-elle pour elle même, pour le monde? Grande brunette veut devenir illustratrice (ou comédienne de théâtre! vive les artistes!). J’ai tenté d’aller chercher sur ce terrain. Elle reste muette-carpe.

La minute conseil: Attention ! Méfiez vous de vos enfants qui ne disent rien. Ceux qui gardent pour eux leurs inquiétudes. Titillez les, tirez leur les vers du nez. Ce n’est pas parce qu’ils ne montrent rien ou ne disent rien, qu’ils ne ressentent rien.

Les symptômes qui peuvent apparaître chez les enfants (tout comme les adultes) en vrac et non exhaustif : difficultés d’endormissement, cauchemars, difficultés de concentration, inquiétude de séparation, angoisse du soir… N’hésitez pas à les faire parler sans trop anticiper sur leurs questions. Il est important que les questions viennent d’eux.

Oui, l’être humain a de gros soucis. L’être humain est très fort pour s’entretuer. Grande brunette n’aime pas la matière scolaire histoire: « Il y a que des guerres, c’est nul! ».  Expliquer? Que de termes à expliquer, que d’évènements historiques à recontextualiser. Pas évident pour une enfant de 9 ans de tout comprendre. Et surtout je tente de ne pas aller trop loin. Expliquer ce qui peut être compris à peu près et pas au delà. Le au delà serait générateur de plus d’inquiétudes. J’ai choisi de ne pas aborder la question de la religion, j’ai tenté de prendre un point de vue humaniste. Mais elle a d’elle même amené cette question. J’ai donc expliqué comme j’ai pu. Et surtout lui expliquer que l’humour est important, que la satyre n’est pas criminelle, qu’elle est utile pour garder un esprit critique sur la société et qu’elle existe depuis très très longtemps.

Nous avons décidé de lui montrer également l’autre versant de l’humanité. Les photos des rassemblements à la mémoire des défunts par exemple. Nous l’emmènerons ce week end à la manifestation pour qu’elle sente que l’être humain est aussi capable de s’unir, de se battre pour la liberté et la démocratie. Soigner nos blessures en se rassemblant. Prendre des forces et se nourrir d’espoir en se rassemblant.

Que faire de mes émotions d’adulte? Je ne peux mettre mes émotions de côté. C’est la gorge nouée que j’explique. Que je parle des valeurs de démocratie, de liberté d’expression. Je suis bien toute petite quand elle me dit « j’ai peur des méchants ». Je n’ai pas peur pour moi mais j’ai sûrement au fond de la peur pour mes enfants et pour le monde en général. Comment vont-ils grandir nos gnomes dans cette humanité qui parfois se déshumanise?  Cette nuit là, elle dormira avec moi. Et nous parlerons encore et encore. Nous laisserons venir les questions et nous vérifierons que les réponses sont comprises.

Voilà. Nous transmettrons à nos enfants les valeurs qui nous sont indispensables. NousSommesChalie.